au petit bonheur de la chance, une histoire de cocktails

(serendipity) Une histoire de cocktail

“un cocktail dans les salons déserts du Pershing Hall à Paris” Photo Roberto

J’aime les cocktails, peut-être le dois-je au fait d’avoir été élevé en Outre-Mer, dans les milieux diplomatiques.

Le premier cocktail dont je puisse me souvenir, c’est le Manhattan, sûrement vu dans un film vintage américain, comme Ecrit sur le Vent de Douglas Sirk, dans lesquels des femmes autrefois séduisantes se vengent de l’indifférence des hommes à leur égard en s’adonnant au plaisir du cocktail. Je vois Dorothy Malone demandant au barman d’un comptoir poussiéreux sa énième dose d’élixir alcoolisé.

En second je parlerais du Gin Fizz et du Blue Lagoon du Harry’s Bar à Paris, rue Daunou il me semble. J’étais très jeune quand j’y allais les premières fois en suivant des amis plus âgés. Les années scolaires. Déjà sensible aux sirènes de la mode et très attentif aux chatoiement des couleurs, le Blue Lagoon me tentait toujours.

A cette époque de ma vie, je buvais assez régulièrement et en grande quantité. Et malgré tout je ne ressentait quasiment aucun effet secondaire. D’ailleurs dans ma famille italienne, je crois n’avoir jamais vu une seule fois mon père soûl et donc j’en ai déduit que je tenais de lui quant à mon aptitude à boire sans problème. Ah mais quand même, en fait si je bois vraiment beaucoup après avoir bien rigolé en général je m’endors, avec la faculté de le faire n’importe où pour un laps de temps assez cours, mais profondément.

Il y a eu ce fabuleux voyage à Santa Fe, au Nouveau Mexique après un long séjour au Delmarva sur la côte est des USA, j’y étais allé seul. Une découverte absolument magnifique, je suis descendu à l’hôtel La Fonda sur la place principale, c’était plus un relais de poste du temps des westerns qu’un hôtel tout confort, mais quel ambiance! Et comme je n’avais personne à qui parler, un des garçons de piscine Jim, c’était un étudiant du  Minnesota je crois avec qui je suis resté très longtemps en relation …épistolaire, me servait moult boissons fortes en me prodiguant ses conseils avisés sur comment visiter la région… Il m’indiqua gentiment toute une liste de bars à fréquenter le soir et dieu sait si j’ai suivi le conseil. Les barritas m’y ont initié au Brandy Alexandra, tout un programme. Je passais un merveilleux moments entre deux opéras à ciel ouvert pour me soigner de la veille, chaque fois.

image

The swimming pool at the La Fonda in Santa Fe NM

Photo Roberto

il y a le fameux Bloody Mary, mon préféré “all times all places”, du Bar du Plaza au Ritz, de la piscine du Grand Bay à Miami au Peninsula, le seul à Hong Kong, etc. Mais celui que je préfère pour les souvenirs c’est celui du Joe Allen non pas à New York mais à Paris, rue Pierre Lescaut, un quartier qui m’a laissé que d’excellents souvenirs.

Si je continue je ne vais plus m’arrêter, je pense à ce bar de ciment le matin au bord de la plage à Negril en Jamaïque ou au Rick’s Café à la tombée du soleil, et bien sûr le Long Island Ice Tea que m’a fait découvrir la petite fille de la reine d’Italie.

Et je ne dois pas oublier les incroyables cocktails à Singapour, oui, le Singapore Sling mais d’autres pris du haut du Sands dont la piscine à débordement court le long des trois immeubles au 55E étage devant la baie ou les délicieux breuvages du Raffles, le plus beau de tous les Hôtels où je suis passé.

Le dernier en date, avec Massimo, une Margherita devant l’étonnant mur végétal de Patrick Blanc pour Andrée Putman je crois au Pershing Hall sur la photo.

La liste est longue…

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s